1. Présentation          2. Piémont          3. Actions AP        4. Aide aux Recherches      5. Diasporama    Contact       




5.  L'EMIGRATION ET LA DIASPORA ITALIENNES

5.4. EN AMERIQUE DU SUD

5.4.1. Brésil.

Article Wikipedia : « Immigration italienne au Brésil »

5.4.2. Argentine.
Article Persee : « Les italiens d’origine en Argentine »

[à compléter]

NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES
Giancarlo LIBERT

1) Cuneesi nella Pampa  Giancarlo Libert :
Emigrazione dal Piemonte e dalla provincia di Cuneo in Argentina, 254p, 2011
2) Astigiani nella Pampa Giancarlo Libert
Emigrazione dal Piemonte, dal Monferrato e dalla prov. di Asti in Argentina, 310 p,2005
3)  Alessandrini nella Pampa.   Giancarlo Libert
L’emigrazione dal Piemonte e dalla provincia di Alessandria in Argentina. (Chivasso, Aquattro Servizi Grafici Edizioni, 2015, pp. 302, ill.).

 Après "Astigiani nella Pampa"( Ass. Amici degli archivi piemontesi, 2005) et  "Cuneesi nella Pampa" (Aquattro Servizi Grafici edizioni, 2011), ce 3ème livre de Giancarlo Libert sur l’émigration piémontaise en Argentine est consacré aux Piémontais d’Argentine originaires de la province d’Alessandria.

 Giancarlo Libert focalise d’abord l’attention sut la naissance des premières colonies agricoles piémontaises en Argentine. Il présente beaucoup d’illustrations suggestives, notamment celles d’émigrants en attente d’embarquement pour les Amériques, ou de familles piémontaises en provinces de Santa Fé et de Cordoba au début du XXème siècle…Il fournit des statistiques tirées de l’Annuario Statistico dell’Emigrazione Italiana dal 1876 al 1925 et de l’AIRE (Anagrafe dei residenti italiani all’estero).

 Dans une seconde partie,  l’auteur nous soumet une épopée de souvenirs, de vies et de noms qui peuvent se lire comme un roman épique.

 Une troisième partie du livre est concentrée sur Maria Gogna, la grand-mère maternelle du Pape François (dont la famille paternelle était originaire d'un hameau aujourd'hui rattaché à Asti), grand-mère originaire de Cabella Ligure (sud de la province d'Alessandria), qui partit en Argentine encore enfant avec sa famille à la fin du XIXème siècle. Elle se termine sur une évocation de Maria-Angela Robiola Ricotti par son fils Torquato Tella, ambassadeur argentin en Italie depuis novembre 2010.